Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PSYCHOLOGIE en ALGERIE

PSYCHOLOGIE en ALGERIE

Une lecture de l'actualité algérienne mais autrement...Yazid HADDAR


Près de 500 morts dans des violences, des lieux de détentions secrets, impunité…Amnesty international dresse un tableau noir de la situation en Algérie

Publié par Haddar Yazid sur 13 Juin 2008, 16:15pm

Catégories : #Vu dans la presse

voici un article qui peut être utile un jour...
l'article publié dans  "tout sur l'Algérie".
Par Samia Amine

«Les violences politiques» en Algérie ont fait 491 morts en 2007, selon le rapport 2008 de l'Organisation non gouvernementale (ONG) Amnesty International dont toutsurlalgerie.com a reçu une copie.  Evoquant des «dépassements des forces de sécurité», les rédacteurs de ce rapport de 464 pages révèlent que «des personnes soupçonnées de participation à des activités terroristes ont été retenues dans des lieux de détention secrets et sans contacts extérieur». Selon l’ONG, ces personnes «risquaient d'être soumises à la torture et aux mauvais traitements ».

«Plusieurs personnes soupçonnées de terrorisme et qui avaient été envoyées en Algérie par des gouvernements étrangers ont été condamnées à des peines d'emprisonnement à l'issue de procès qui ne respectaient pas les normes internationales d'équité», selon l’ONG. Avant de préciser que ces personnes seraient «incarcérées (…) le plus souvent dans des casernes de l'armée.» Comme preuve, les rédacteurs du rapport citent le cas de «Mohamed Rahmouni, arrêté le 18 juillet (2007) par des membres des forces de sécurité à proximité de son domicile (…) à la fin de l'année, on ignorait le lieu de détention de Mohamed Rahmouni ainsi que les charges éventuellement retenues à son encontre».

Au chapitre consacré à l’impunité, l’ONG souligne que «le gouvernement n'a pris aucune mesure pour tenter de remédier aux atteintes flagrantes et massives aux droits humains commises par les groupes armés et les forces de sécurité». Par ailleurs, Amnesty Internationale qualifie d’«initiatives encourageantes», les efforts déployés par le gouvernement algérien pour protéger les femmes contre les violences et pour abolir la peine de mort.

Concernant la liberté d'expression, l’ONG dresse un tableau noir : harcèlement des défenseurs des droits de l'homme et des journalistes. «Certains ont fait l'objet de poursuites et ont été menacés d'emprisonnement pour diffamation».  Même constant concernant les «disparitions forcées» ou l'affaire des familles de disparus. «L'Algérie…n'a pris aucune initiative pour élucider le sort de millier de personnes disparues.»

Commenter cet article

yacine 15/06/2008 18:40

La liberté ça se paye, alors payant....

bahia 15/06/2008 14:34

et bien moi je pense que rien ne pourras se faire tant ces connards de GENERAUX continue à ce remplir le ventre...

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents