Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Psychologie en Algérie

La Psychologie en Algérie

Une lecture de l'actualité algérienne mais autrement...Yazid HADDAR


La leçon Iranienne.

Publié par Haddar Yazid sur 12 Août 2009, 19:57pm

Catégories : #POLITIQUE

Les dernières élections présidentielles de la République Islamique Iranienne et la crise qu’elle a engendrée nous donnent un bel exemple de l’évolution du système politique iranien. Par conséquent, la religion et la politique sont, semble-il, inconciliables. Depuis la Révolution conduite par le guide l’Ayatollah Khomeyni en 1979 contre le chah, l’Iran n’a connu une telle contestation. Des manifestations ont lieu un peu partout sur le territoire de la République Islamique Iranienne. Ces manifestations ont été réprimées violemment par les forces de l’ordre iranien en laissant des blessés et des morts.

 

Cela fait exactement trente ans que le régime iranien a changé d’orientation de gouvernance politique, en adaptant un nouveau mode de gouvernance qui a tant séduit les adeptes de la théocratie islamique, une république islamique, version chiite où la le religieux prédomine sur le politique. Cependant, ces événements soulèvent plusieurs interrogations. Abdelhamid Al-Ansari[1] s’interroge : « Quelle est la réalité d’une démocratie sous la coupe d’un système religieux qui concentre tous les pouvoirs ? Une démocratie religieuse peut-elle assurer l’égalité de tous les membres de la société quelles que soient leur appartenance confessionnelle ? Peut-elle tolérer l’opposition populaire ? Par le passé, poursuit le journaliste Koweitien, les théoriciens de l’Etat islamique avaient pour mot d’ordre « l’Islam est la solution ». Ils prenaient pour prétexte que les puissances occidentales les empêchaient d’accéder au pouvoir et que les régimes arabes les jetaient en prison et pratiquaient la torture. Cela leur permettait de justifier leur violence et leur discours agressif».  Or l’exemple Iranien, le passage au pouvoir des Talibans en Afghanistan et des mouvements islamistes en Somalie et d’autres au cours de ces dernières années ont montré l’impossibilité de concilier la religion et la démocratie. Les talibans ont montré l’atrocité féroce et machiste quand le religieux prend le pouvoir et surtout lorsqu’ils sont d’un esprit limité et imbu. Ces Talibans ont montré une image d’un musulman retardé, peu cultivé, abandonnant la vie pour s’occuper de la mort. Bref, ils ont donné une image distorsionnée et arriérée des musulmans. Ce n’est pas le cas de l’Iran, qui n’est pas arrivé au stade « de détérioration ou de contamination avancée », mais ce rejet de tout ce qui vient de l’occident et de les accuser à tort et à travers de tous les maux, semble-t-il n’est pas du même avis de toute la population iranienne, particulièrement la jeunesse iranienne. Cette jeunesse qui n’a pas connu l’époque du chah, où les libertés étaient plus au moins respectées. Désormais, elle revendique plus de liberté car elle s’étouffe de tous ces interdits, mais et surtout, de la bureaucratie, du chômage, etc. Ce même peuple qui s’est élevé contre l’injustice et la répression pour réclamer plus de droit en 1979, c’est ce même peuple qui crie, encore une fois, contre l’injustice et pour plus de liberté en 2009. Finalement, ni l’Etat dit démocratique, ni l’Etat dit théocratique n’avaient instauré un système de gouvernance transparent et démocratique avec toutes ses institutions respectées car l’esprit totalitaire est le seul moteur de réflexion au sein du pouvoir. Ceci est valable dans l’ensemble des pays qui n’arrivent pas à décoller. Tant que l’esprit totalitaire est le seul mécanisme de pensée de la société et surtout au niveau de l’individu, il n’y aura pas d’avancée, car pour avancer il faut acquérir la culture de la remise en question pour voir clair.

 

Dans un ouvrage du penseur éclairé chiite Tawfiq Al-Saif[2], « La démocratie en pays musulman », il écrit : « (…) Tous les membres de la société sont égaux en droits, qu’ils soient chiites ou sunnites, docteurs ès sciences religieux ou pas. (…) La volonté du peuple est la seule source de légitimité politique et toute décision prise en dehors du peuple est nulle et non avenue. Les préceptes de la loi religieuse (…) sont appliqués une fois votés par l’organe législatif(…). L’Etat gère les ressources publiques en tant que représentant du peuple. Il est issu du suffrage universel. Aucun responsable ne détient le pouvoir absolu et ne peut se soustraire au contrôle du peuple ». Comment ne pas être séduit par un tel modèle ? Cependant, les expériences concrètes de l’islam politique ont été le contraire de ce modèle. Souvenons-nous de ce qui est passé chez nous lorsque l’ex-FIS a gagné les élections municipales en juin 1990 et toutes les conséquences suscitées, il ne s’agit ici que des conséquences de gestion qui étaient semblable à celle du FLN de l’époque. Apres dix ans de guerre injustifiée, laissant derrière elle plus de 200 000 morts et sans parler des orphelins, des veuves, des blessés à vie, les Algériens ont compris que l’islam politique n’est pas à l’ordre de jour, même s’il reste tabou de le dire, mais une majorité le pense.

 

Qu’en est-il en Algérie depuis la Décennie Noire ? En quoi l’expérience Iranienne nous interpelle-t-elle ? Dans un article publié[3] dans « The Washington Examiner », un journaliste a écrit que « l’Algérie pourrait gagner la bataille militaire contre les islamistes, mais elle est en train de perdre la guerre idéologique contre les islamistes». « Les efforts de l’Algérie entrepris au cours des dix dernières années pour extirper les éléments terroristes ont été minés par la tolérance de plus en plus croissante de la société algérienne à l’égard de « l’intolérance » des islamistes », estime le journaliste américain. Une étude réalisée par un groupe de défense des droits de la femme basé à Alger (CIDDEF) a enregistré « une régression de la société algérienne, en particulier quand il s’agit de la condition de la femme ». A titre d’exemple, 16% des Algériens soutiennent l’égalité des sexes, contre 27% en l’an 2000. Les exemples ne manquent pas. Au cours d’un séminaire sur « l’Afrique du Nord entre libéralisme économique et ouverture politique », [4]le professeur Nacim Bahoul, enseignant au département des sciences politiques de l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, a dit dans sa conférence que « l’ouverture sur le monde occidental au nom de la démocratie a toujours été une menace pour l’Islam et ses valeurs », il a lancé des critiques dures à l’égard des courants qui réclament l’ouverture sur la démocratie et le pluralisme politique estimant que c’est au nom de cette démocratie que les pays nord africains s’ouvrent davantage sur l’occident et ceci a eu comme conséquence « l’éloignement du droit chemin et de l’Islam ». Les propos de ce professeur est le statu quo de l’état idéologique dominant dans notre université. En mars 2009, une bagarre a eu lieu au niveau du centre universitaire Akli Mohand Oulhadj de Bouira entre les étudiants affiliés à l’UGEL (Union Générale des Etudiants Libres) et un groupe d’étudiants. L’origine de cette bagarre est que les étudiants affiliés à l’UGEL s’opposent à la mixité au niveau du restaurant universitaire ! Ils la justifient par les us et coutumes et par le fait que « nous sommes une société conservatrice ». Ceci n’est qu’un arbre qui cache la forêt dans notre système éducatif et universitaire et les responsables de ces secteurs restent impuissants devant ce phénomène de religiosité au sein des campus universitaires et des écoles (car comment justifie-t-on qu’une fille de cinq ans porte un voile ou refuse de s’assoir à côté d’un garçon !). Selon le chroniqueur Kamel Daoud[5], les écoles et les appareils d’Etat continuent de fabriquer (…) une nouvelle génération d’islamistes par défaut, encore moins cultivée, dangereuse car sans leader « négociable » et encore plus malade du refus du réel et des évidences. En mai 2009, des salafistes[6] s’attaquent aux buralistes, en adaptant une nouvelle méthode. Cette fois c’est du porte à porte pour convaincre les buralistes de ne plus vendre des cigarettes, car selon eux « l’argent récolté par la vente du tabac est du même genre que celui du riba (l’usure) ». En conséquence, des buralistes sont contraints d’arrêter de vendre ou seront boycottés « car personne ne veut être vu en train d’acheter des cigarettes encore moins de fumer dans les alentours du quartier » selon un buraliste. En juin 2009[7], les pouvoirs publics ont décidé de fermer les établissements de vente de boissons alcoolisés, pas seulement les dépôts, mais aussi les bars, les restaurants qui servent le vin ou la bière, etc. Sans compter la fermeture de 2700 cafés, bars et autres lieux de sédition[8], qui ont eu lieu au cours de ces dernières années. Selon le wali d’Alger, « ces gérants ne respectent pas la réglementation en vigueur ». Il s’interroge ensuite : « Est-il concevable que les établissements ne possèdent pas de toilettes propres ? » Sur ce point il a parfaitement raison, or cette mesure doit être aussi appliquée à d’autres établissements tels que les cafés et les restaurants car l’état des toilettes, si elles existent, et des salles ne respectent aucune mesure d’hygiène.

 

Ceci n’est qu’un petit échantillon des dérives dogmatiques religieuses qui prennent de l’ampleur dans notre société et qui freinent le développement du pays. Cette chaîne peut être un vrai danger dans deux décennies qui viennent. Il est urgent d’arrêter de jouer avec le feu, car il s’agit de l’avenir de la nation et de notre propre algérienneté qui est menacée de perdition. En ce qui concerne l’Iran, son cas doit être mis comme exemple à étudier et il faut tirer des leçons de son histoire, car à mon avis l’histoire de la lutte de son peuple est semblable au notre. A méditer !

 

Yazid Haddar.



[1] Le quotidien « Al-Jarida », Koweit. cf. Courrier International N°977, 23-29 juillet 2009.

[2] Idem note 1.

[3] Cf. le Matin 26/06/09.

[4] El-Watan 30/0409.

[5] Le Quotidien d’Oran du 22/04/09.

[6] Liberté 28/05/09.

[7] Liberté 26/06/09.

[8] Cf. Marianne n° 582.

Commenter cet article

chami 02/11/2009 08:35


Cher Monsieur,
Votre article me parle vraiment car il soulève le questionnement du respect de la vie et ses différentes expressions.
Ce dont vous parlez n'est pas exhaustif à certains pays, il s'agit plutôt d'un phénomène mondial.
Il semble que l'humanité ait du mal à intégrer les nouvelles données universelles en oeuvre, d'où un chaos de conscience référentielle. Ce qui conduit naturellement à une psychorigidité des valeurs
obsélètes, (religion, politique, économie)par défaut.
Ce sentiment, cette peur de perte de possession et de pouvoir semble être la réelle cause de tous les maux.
Il semble que les anciens shémas (affectifs, moraux, etc) tentent d'investirent et récupérer la necessaire "mondialisation" (globalisation) de conscience.
Qu'en pensez vous ?


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents