Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PSYCHOLOGIE en ALGERIE

PSYCHOLOGIE en ALGERIE

Une lecture de l'actualité algérienne mais autrement...Yazid HADDAR


Enfants : violence, maltraitance et délinquance.

Publié par Haddar Yazid sur 20 Mars 2013, 16:06pm

Catégories : #PSYCHOLOGIE

 

Je mis à disosition des lecteurs de la version complète de mon article, avec les ressource d'information. Cet artilce a été publié dans la presse national de cette semaine.

L’horrible assassinat des deux enfants Haroun (10 ans) et Ibrahim (9 ans) dans la ville de Ali Mendjeli, à Constantine, suscite colère et indignation. La liste des violences à l’égard des enfants ne cesse de s’allonger. 50.000 enfants maltraités, 10.000 violés, 350.000 travaillant au noir, 20.000 livrés à eux-mêmes et 15.000 présentés devant les tribunaux pour divers délits, ces chiffres effrayants représentent 25 % des enfants algériens.  De plus, selon l’Observatoire des droits de l’enfant (ODE), entre 3000 et 5000 enfants naissent sous X par an. Dans un entretien accordé à un quotidien national Mme Kheira Messaoudène, qui est chargée du bureau national de la protection de l'enfance et de la délinquance juvénile à la direction de la Police judiciaire, a déclaré que les services de la police nationale ont recensé 5495 enfants victimes de violence au niveau national, pour l’année 2012. La violence physique vient en première position avec 3 222 enfants dont 2469 garçons et 753 filles. Vient ensuite la violence sexuelle avec 1608 victimes dont 924 filles et 684 garçons. A ces cas s'ajoutent les mauvais traitements avec 433 cas et enfin les enlèvements avec 186 kidnappings et détournements de mineurs. Toutes ces violences ont causé la mort de 28 enfants. Cela d'une part, de l'autre, 18 enfants ont été victimes d'homicide volontaire dont des infanticides. (Des parents qui tuent leurs enfants parce qu'ils ne trouvent pas de quoi les nourrir). Elle déclare également : « On a enregistré un cas pareil d'une maman qui a tué ces deux enfants et s'est rendue ensuite aux services de police. ». En 2010, prés de 10000 enfants ont été victimes d’agressions sexuelles, dont 80 % sont enregistré dans le milieu familial, 15% des enfants quittent l’école avant la fin du cycle primaire. L’UNICEF estime que 27,2% des enfants algériens de moins de 15 ans sont des analphabètes.

Cependant, en 2011, la gendarmerie nationale a enregistré une augmentation du phénomène de la violence juvénile, soit 3281 mineurs arrêtés, dont 141 de sexe féminin, qui ont commis différents actes de violence et/ou crimes. Ces chiffres reflètent l'extrême violence que les enfants subissent au quotidien dans notre société.

 

Ainsi, chaque année, en Algérie, les autorités et la société civile assistent, sans bouger un doigt, aux crimes commis à l’égard des enfants (de même pour les femmes, les personnes âgées, etc.), des milliers de victimes de viols et d’agressions sexuelles, des dizaines de milliers sont victimes de mauvais traitements qu’il s’agit de maltraitances physiques, de maltraitances psychologiques, de manipulations affectives, de confrontations destructrices à des violences familiales, de défauts de soins lesquels doivent être décidément considérés comme maltraitances avérées car un enfant ne peut se construire que si ses besoins affectifs, psychologiques, éducatifs, sont convenablement couverts.

 

Si on veut bien prendre en compte ce que nous apporte l’approche clinique de toutes formes de violences, à savoir que tous les adultes violents ont été des enfants violentés, de même les adultes maltraitants ont été des enfants maltraités, que les grand criminels d’Etat (Hitler, Staline, Franco, etc.) ont été des enfants maltraités, il paraît légitime, écrit Pierre Lassus, de se poser la question de savoir si les maltraitances de l’ « Histoire » ne trouvent pas leur origine principale dans les histoires de maltraitances infligées aux enfants.

 

C’est un sujet qui nécessite un plan national d’urgence et qui devrait susciter des débats nationaux  et parlementaires pour prendre les mesures les plus adaptées pour faire face à ce phénomène, qui ne cesse de prendre des ampleurs alarmantes. Nous ne sommes pas le seul pays confronté à ce genre de problème. Néanmoins, reconnaître que ces violences existent est déjà le début de la solution. Il reste à déterminer comment le présenter et résoudre ce phénomène, ceci est une autre question ! Car à mon sens, les lois répressives n’ont jamais abouti à leur objectif escompté, au contraire elles ont fait émerger des « lois parallèles ». De plus, chercher la solution dans « les liens familiaux » et « les valeurs traditionnelles » me semble un aveuglement intellectuel ou une politique d’autruche, car la société algérienne n’est plus ce qu’elle était il y a vingt ans et ceci est de l’ordre naturel de l’évolution sociale, dans la mesure où chaque société est condamnée à évoluer. C’est au législateur de s’adapter à cette évolution et à l’élite religieuse ou autres de se libérer de  ce discours du retour aux « valeurs authentiques » et « aux liens familiaux ». Cette résistance à l’évolution, par le retour à la morale religieuse et les valeurs traditionnelles, n’aboutit à rien, elle freine, au contraire, les potentialités émergentes, qui sont les forces vives de la société.

 

Dans son dernier ouvrage Gérard Lopez, psychiatre et Président fondateur de l’Institut de victimologie de Paris, à montré que la recherche scientifique fait directement le lien entre maltraitances et problèmes de santé tant physique que psychique, entre maltraitances et exclusion sociale et même entre maltraitances et criminalité. Une revue de diverses études a identifié huit types de problèmes sur la santé mentale des enfants qui ont subi des maltraitances physiques qui sont : « les comportements agressifs et violents ; les comportements criminels non violents ; l’abus de toxiques ; les comportements auto-agressifs et suicidaires ; les problèmes émotionnels ; les problèmes relationnels ; les difficultés scolaires ; les difficultés professionnelles. »

 

Certes, les violences, que subi le peuple algérien, surtout les enfants, et qu’ils continuent à subir, sont nombreuses. Ces violences se présentent à plusieurs niveaux : la violence du système social traditionnel, la violence familiale, la violence scolaire et enfin la violence politique. Elles s’étendent sur une période historique qui date de l’époque coloniale, voire même plus, si on inclut les facteurs qui sont en liens avec les traditions et les croyances, à ce jour.

 

Dans l’ouvrage, la violence sociale en Algérie, Pr Medhar. S., enseignant de la psychologie sociale à l’université Alger 2, a abordé la violence symbolique de la société traditionnelle. Ce système social traditionnel, selon Pr Medhar, se compose de six dimensions : une culture, une organisation sociale, un mode de gestion du facteur humain, un agencement mental, un mode d’implication sociale et une structure économique. L’imbrication de ces dimensions a lieu suivant une logique précise. Elle génère et entretient un mode de vie qu’animent des mécanismes psychosociologiques et culturels (saisie des opportunités, mensonges, contention, etc.) et que balisent des valeurs culturelles (fraternité, solidarité, entraide, etc.). Le tout se déroule sous un contrôle continu. Et ce système a tendance à se « sacraliser ». C’est dans ce milieu social que l’enfant algérien interagit, et ses premières expériences (schémas cognitifs) s’en imprègnent forcement. En conséquence les représentations de liens et les valeurs sociales (l’intelligence sociale) se construisent en distorsions,  qui seront transmises telles quelles aux générations futures. Ainsi, la spirale de la violence va s’étendre sur plusieurs générations.

 

Notre objectif est d’exposer la problématique en premier lieu et de proposer si possible des solutions imprégnées de l’évolution des sciences humaines et de la clinique de la victimologie.

 

Comment améliore-t-on la protection de l’enfance de toute forme de maltraitance et de violence ?

 

Création d’une institution pluridisciplinaire (Juge d’enfant, avocat, éducateur, médecin légal, psychologue, assistante sociale, éducateur spécialisé, etc.) qui s’occupera de la protection de l’enfance. Cette institution facilitera et assurera la prise en charge de ces enfants.

Création des centres d’accueil transitoire ou permanent pour des enfants qui ont été victime de la violence, mais aussi pour des enfants violents, car leur place n’est pas dans les prisons. Centres d’accueil où ils seront encadrés par une équipe pluridisciplinaire : Psychologues, psychiatre, médecin, assistante sociale, éducateur spécialisé et animateur.

Le nombre de divorces s’explose dans notre société, donc réfléchir à mettre en place des lieux d’accueil familial, c’est-à-dire, des assistantes maternelles. Ou l’enfant sera accueilli dans des familles. Car nombreux, les enfants qui ont subis des violence dans leur milieu familial, et qui se trouvent obligés de regagner leurs familles, qui sont source de leur souffrance.   

Il est important de renforcer le rôle des assistantes sociales et des éducateurs, qui jouent un rôle important dans le signalement. Leur rôle ne se réduit pas à récolter les informations et les transmettre aux instances judiciaires, il est, en outre, dans l’accompagnement de la victime jusqu’à lui trouver un lieu où elle se sentira protégée. Renforcer la présence des assistantes sociales dans les milieux éducatifs et de proximité est primordiale.

Création d’un institut de victimologie ou de traumatologie, pour  former des psychologues et des médecins pour améliorer l’évaluation psycho-légale et médico-légale et la prise en charge thérapeutique. De plus, mener des recherches sur les causes de la violence dans notre société.  

 

Ces propositions sont des pistes pour prendre en charge nos enfants qui subissent les violences aux quotidiens, comme j’ai eu l’occasion de l’écrire, les lois répressives ne sont pas forcement les meilleures solutions. Nos enfants victimes aujourd’hui pourraient devenir des citoyens dégénérés plus tard. Notre rôle est de prévenir pour aspirer un futur meilleur pour nos enfants.  

 

Yazid HADDAR

Neuropsychologue

 

cf. le midi libre du 24/12/2012.

Cf. TSA du 20 /11/2012.

Cf. l’expression du 31/11/2012.

Idem note 2.

Cf. le Temps du 21/02/2012.

Cf. Les violences contre les enfants en Algérie,

Cf. Enfants violés et violenté, Gérard Lopez, ed Dunond, janvier 2013.

À ce titre, je trouve que nos psychologues n’avaient pas  travaillé sur les biographies de nos Présidents ou nos politiques en général. 

Cf. Idem Note 7, page 19.

Cf. 3ème Edition THALA, 2012.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents