Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PSYCHOLOGIE en ALGERIE

PSYCHOLOGIE en ALGERIE

Une lecture de l'actualité algérienne mais autrement...Yazid HADDAR


Le mariage consanguin : c'est de la santé publique !

Publié par Haddar Yazid sur 23 Juin 2013, 20:40pm

Catégories : #PSYCHOLOGIE

Article que j'ai publlié dans le quotidien d'oran du 20 juin 2013

 

«La plupart des maladies neurogénétiques en Algérie sont générées par les mariages consanguins1 », a affirmé le Pr. Meriem Tazir, directrice du laboratoire neurosciences de l'université d'Alger. Plus de 80% des pathologies neurologiques, telles la myopathie, la neuropathie, l'épilepsie, l'ataxie et la maladie de Parkinson et d'autres affections sont provoquées par des gènes héréditaires. 

L'investissement dans le créneau de la neuroscience et de développer la recherche sur les maladies d'origine génétique et/ou neurogénétiques sont devenus nécessaire, pour mieux prendre en charge ces patients qui attendent souvent des miracles qui n'arrive pas ! Une étude sur le mariage consanguin en Algérie publiée en septembre 20072 par la Forem (la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche) a identifié des malformations et des anomalies génétiques chez les enfants de parents consanguins deux à trois plus fréquentes que la normale. Il s'agit entre autres du bec de lièvre, de la maladie de Duchene, de l'hémophilie, des cardiopathies, de l'agénésie des membres, de la trisomie 21 et des mucoviscidoses. Les chercheurs ont montré que l'Algérie compte l'un des plus forts taux de consanguinité au monde, avec un Algérien sur quatre mariés à sa cousine. Cette étude a montré que le taux en Algérie est bien supérieur à celui que l'on trouve au Maroc ou en Espagne. Il reste néanmoins inférieur à celui enregistré dans plusieurs pays arabes comme Bahreïn (39,40 %), l'Arabie Saoudite (50 %), le Koweït (54 %) ou la Jordanie (55 %). 

Cette étude, la première de ce type en Algérie, a été conduite dans 21 communes réparties dans 12 wilayas – trois dans le sud (El Oued, Biskra et Ghardaïa), quatre dans le centre (Alger, Boumderdès, Bouira et Bejaïa), trois dans l'est (Bordj Bou Arreridj, Tébessa et Annaba) et deux dans l'ouest (Oran et Ain Defla) – pour montrer l'étendue du phénomène. Les chercheurs ont montré que les régions dans lesquelles on enregistre les plus forts taux de consanguinité sont généralement réputées pour leur conservatisme. Les résultats montrent qu'avec 88 %, la wilaya de Tébessa (en particulier la commune de Bir El Ater), dans l'est du pays, enregistre le taux le plus élevé de mariages consanguins, et que le taux le plus bas (18,5 %) revient à Oran. d'où la nécessité de mobilisation accrue de la communauté médicale et de la société civile pour mener des campagnes de sensibilisation sur les risques liés aux mariages consanguins. 

Le résultat de cette études devraient déclencher un signale d'alarme, car il s'agit bel est bien de la santé publique en Algérie, cependant à ce jour rien n'est fait ! On devrait inclure dans les manuels scolaires des leçons qui abordent cette question et ses risques. De plus, il faut sensibiliser à forte raison les zones les plus touchées de ce phénomène et de la nécessité d'inscrire une loi qui interdit le mariage consanguin afin d'éviter des situations médicalement et humainement ingérable. 

En outre, cette étude révèle deux points lourds au niveau l'héritage culturel ou traditionnel et l'héritage religieux. Concernant, le culturel c'est-à-dire le mariage consanguin dans certain région fut un temps un moyen pour préservé le territoire de s'assimiler avec « l'ennemie extérieur », ce fut le cas en Kabylie, qui refusait le mariage endors du cercle villageois et ceci pour des raisons stratégique, par exemple pour freiner la puissance du Day, à l'époque Otman, d'y pénétrer en Kabylie. Cette culture est préservée dans certain région en Algérie, où le mariage entre cousin est assez présent, par conservatisme. La question de l'héritage, selon les préceptes religieux renforce le mariage entre les cousins proche ou lointain afin de préserve la manne ou l'héritage financier ou foncier dans la même famille. Cette pratique, en occurrence le mariage consanguin, devrait être abolit et il faut qu'elle soit inscrite comme une cause nationale pour la santé publique, car il s'agit de l'avenir de la nation. 

1-)http://www.algerie-focus.com/blog/2012/09/12/le-mariage-entre-les-membres-dune-meme-famille-favorise-les-maladies-eurogenetiques/ 

2-) http://magharebia.com/fr/articles/awi/features/2007/11/14/feature-03 

Commenter cet article

gudule 14/12/2015 13:48

Consanguinité, surreprésentation de maladies mentales , conservatisme religieux et social..Finalement, la société algérienne meurt de n'être qu'elle même et développe un côté autisme qui pourrait expliquer aussi la difficulté pour certains Algériens (voire les Arabes dans leur globalité) à penser et à s'écarter de pratiques routinières, normatives...un peu comme si une bonne partie de ces sociétés étaient autistes, non?

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents