Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PSYCHOLOGIE en ALGERIE

PSYCHOLOGIE en ALGERIE

Une lecture de l'actualité algérienne mais autrement...Yazid HADDAR


Nacira Zellal : «Il faut investir dans l’autonomie intellectuelle de l’homme, instrument de liberté»

Publié par Haddar Yazid sur 4 Août 2011, 21:12pm

Catégories : #PSYCHOLOGIE

Nacira Zellal est directrice du laboratoire des sciences du langage et neurosciences cognitives (université d’Alger) et présidente de la Société algérienne de neurosciences (In lel-watan du 23/07/2011)

- Où en est le soin psychologique en Algérie ?


La psychologie est sous-estimée en Algérie parce qu’elle n’a pas suivi le cours actuel du progrès. La base est la psychologie cognitive, puisque c’est avec l’intelligence que l’homme se comporte. Les émotions sont la conséquence de nos perceptions. Il faut donc investir dans l’autonomie intellectuelle de l’homme depuis son enfance, pour qu’il résolve toutes les crises sociales. Aucun psychologue algérien n’a posé le problème de la pédagogie de la langue à l’école, alors que les thèses d’acquisition expliquent que le raisonnement se construit au contact de la langue, dans ses règles abstraites, dès 4 ans.   


- Quelles sont les raisons du retard de la psychologie en Algérie ?


Les thèmes de recherche, les post-graduations tournent autour du symptôme
social : drogue, délinquance…, bref, du malheur social. Le rapport 2003 de l’Inserm souligne la primauté des thérapies cognitivistes parce qu’elles s’attaquent à la cause du mal. Sur le plan économique, il y a du gaspillage, puisque des pathologies lourdes sont approchées par des thèses dépassées. Le psychologue prend pour de la dyslexie la conséquence d’une pédagogie inscrite contre le développement cognitif de l’enfant. A l’inverse, les projets visant le développement cognitif sont signés «avis défavorable» parce que les comités décisoires, faits de psychosociologues qui se servent ces projets dépassés, ne sont pas constitués ès CV.


- Comment voyez-vous l’avenir de la psychologie dans notre pays ?


La science permet de trouver des solutions. Les solutions psychologiques sont la création de techniques de soin des troubles du comportement dus au déficit cognitif. En Algérie, c’est l’orthophonie qui crée et développe la neuropsychologie. Nous sauvons des projets grâce au laboratoire du Slancom, la Société algérienne de neurosciences, qui vient d’être agréée. La psychologie ne doit plus rester enfermée dans la description du symptôme social. Ces troubles spécifiques à l’Algérie lui font oublier les troubles universels comme l’autisme, les troubles cognitifs d’ordre neurodégénératif, l’IMC, les aphasies, les agnosies... C’est l’orthophonie, forme actuelle de la psychologie qui intègre la linguistique et la médecine, qui s’occupe de ces troubles. L’imagerie cérébrale et le logiciel thérapeutique sont des nouveautés dans nos travaux. Cela ne concorde pas avec une psychologie dépassée. Tant que la psychologie, en Algérie, n’intègre pas les cognisciences, elle ne pourra pas s’inscrire dans l’actualité. Pour l’instant, les congrès de neurosciences comprennent les expériences des orthophonistes et non des psychologues algériens.


- Comment expliquez-vous l’attitude de ceux qui résistent aux neurosciences ?


Afférent à la culture, la psychologie ne peut pas être importée. La psycholinguistique, née en 1960, est ignorée par la psychologie en Algérie, alors qu’il ne s’agit pas d’une différence d’école, mais d’un progrès, injection faite du critère linguistique dans le critère cognitif.
La psychologie observe le comportement et le comportement le plus spécifiquement humain, c’est le langage. L’orthophonie regroupe les solutions que doit résoudre la psycholinguistique. Ces solutions s’inscrivent dans le courant des neurosciences.

Djedjiga Rahmani

Commenter cet article

Samia Rachedu 25/08/2011 11:21


Pour ce qui est de la spychologie en Algerie on n'en connait pas vraiment, d'ailleurs on entend souvent les personnes dans la rue dire tout le monde est peut etre psycologue mais ces personnes là
savent elles vraiment c'est quoi la psychologie? Souvent on la lie a la philosophie et aussi aux expériences des autres et cherchons a trouver des explications sociologique mais non maitrisée. De
nos jours nous avons des psychologues mais qu'elle est leurs compétence? et sont ils vraiment operationnels a 100%? je ne pense pas parce que dans notre societe on n'aime pas dire que mon enfant
consulte ou meme son frere, mari ou autre pour eux ca fait tache dans la societé surtout pour la famille celle qu'il ne faut surtout pas decevoir.
En plus la psychologie c'est l'art d'ecouter et de decrypter le langage corporel, gestuel de la personne avant sa parole afin de decoder l'anomalie et comprendre la problematique. la Neuroscience
vient de commencer a connaitre son existance en Algerie et des etablissements spécialisées sont entrains de s'ouvrir ca prendra du temps parce qu'avec ce qu'elle a surpassé l'Algerie je ne sais pas
si nous pourront prendre en charge tous ces schyzophrene, sclérosés, (Toutes les pathologies neurodegenratives) et surtout les troubles de comportements assez negatifs a la société et à son
developpement normale.
Nous nous parlons jamais de therapie de groupe on a plus decours a la pharmacologie parce que la peur de deraper et de ne pas assurer reste la principale idée qui honte la majortie des médecins en
Algerie. Peur de l'echec, de perdre son patient alors que le traitement et son efficacite sont perçus avec le temps.
En fin, aujourd'hui des centre de radiologie existent, de psychiatrie qui s'ouvre à des forums, des réunions entre collègues pour une vue et approches plus perspicaces et meilleurs prise en charge
de ces personnes qui ont besoin de cette spécialité.
Aussi faire des axes de communication sur cette science serait d'un grand apport pour une meilleure prise de conscience de son importance chez les citoyens Algeriens.


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents