Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PSYCHOLOGIE en ALGERIE

PSYCHOLOGIE en ALGERIE

Une lecture de l'actualité algérienne mais autrement...Yazid HADDAR


La compagne électorale pour les élections présidentielles confisquées

Publié par Haddar Yazid sur 19 Septembre 2013, 16:44pm

« L’éthique de la conviction est respectable, mais si elle n’est pas enrichie et complétée par celle de la responsabilité, elle conduit partout à la catastrophe ». Luc Ferry.

A quelques mois de la date des élections présidentielles, certains analystes s’interrogent sur la tenu des ces élections, suite aux dernières sorties de l’actuel Président. Ces  sorties n’étaient pas prévues, c’est une renaissance de ses cendres,  mais seront-elles maintenues ? Les jours avenir nous les dirons. J’ai l’impression qu’il y a une équipe qui avance ses pions pour marquer des buts et l’équipe adverse (la société civile, les partis politiques, les organisations humanitaires, etc.) regarde comment son rivale  marque les butes ! Les réactions se résume à l’applaudissent, la méfiance et la dénonciation ! Nous ne sommes  pas dans les années soixante dix, mais bel et bien en 2013. A quelques mois des élections les plus importante de la nation, les débats ne s’interrogent pas sur le pouvoir d’achat, ni sur la stabilité des institutions des l’Etat, ni sur le projet de la société, ni sur le système de la sécurité sociale, ni sur la politique étrangère, ni sur l’échec des réformes de système scolaire, universitaire, judiciaire, etc. Or le débat « est orienté » sur le quatrième mandat et la révision constitutionnelle pour prolonger l’actuel mandat. Osant le dire, si la modification va avoir lieu, c’est une violation irrémédiable à l’égard du peuple algérien et qui prolongera le pays dans l’instabilité constitutionnelle, il pourrait y avoir des conséquences désastreuses sur les générations futures.  Que chacun prend sa responsabilité devant l’histoire !

Le dernier changement ministériel révèle deux points importants, d’une part une guerre des tranchées dans la société d’en haut (le pouvoir occulte) et d’autre part il n’y a pas de volonté de changement, c’est-à-dire, le maintien du statu quo. Le choix des hommes est purement tribale et régionaliste, n’est pas fait selon les critères de la compétence, et le plus inaccoutumé, c’est cette fluide de déplacer les personnes et de les changer selon la volonté des intérêts ! Ces intérêts sont-elles personnelles ou nationales ? Cette situation prolonge la politique algérienne à une stagnation et à la perte d’intérêt à la vie commune par ses citoyens. Un abîme sépare la classe politique de son peuple, et ceci contradictoirement, satisfait les deux partis ! L’incapacité des forces de l’opposition de créer un pôle (front) uni pour défendre les valeurs de la République et préserver la constitution (ne pas la dépouiller de toutes les avances acquises) deviennent une priorité, cependant cette opposition a réduit son activité à des communiquées ! Elle est impuissante, par l’affaiblissement imposée par une volonté politique, mais aussi par son incapacité d’innover ses méthodes de luttes. Cette impuissance est ressentie également par un simple citoyen lambada qui assiste, de plus de ses problèmes de la vie quotidiens, à une régression sociale à bras ballants et que on lui confisque l’espoir de changement émanant de la compagne électorale pour les élections présidentielles, c’est une confiscation du trop !  

 

Yazid HADDAR    

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents